Le fil d’or de Rochefort

À lire dans Le Mag Sud-Ouest du 16 juin 2018

À lire dans Le Mag Sud-Ouest du 16 juin 2018

La broderie au fil d’or est liée à l’histoire de Rochefort (17) depuis 1666. Encore aujourd’hui, le maître d’art Sylvie Deschamps et son atelier atteignent l’excellence.

©patricia-mariniC’est des mains de Frédéric Mitterand, alors ministre de la Culture, que Sylvie Deschamps a reçu en 2010 le titre de maître d’art en broderie or, une consécration pour celle qui a redonné ses lettres de noblesse à cette technique intimement liée à l’histoire de Rochefort. Cette histoire démarre en 1666, lorsque Colbert, ministre de Louis XIV, fonde les manufactures royales : on y fabrique de la porcelaine, on confectionne des soieries ou des dentelles et on brode au fil d’or les uniformes de la Marine, les drapeaux et les fanions. Dans la ville-arsenal, ce sont d’abord les militaires qui manient, entre deux campagnes, la cannetille, un fil de métal verni avec de l’or ou de l’argent par électrolyse. Rochefort devient le berceau historique de cette technique. Il faudra néanmoins attendre 1956 pour qu’une section spécialisée voit le jour au Centre d’apprentissage féminin, reconnue en 1961 par un CAP, une cause défendue par Mme Maillet, à la tête d’un atelier florissant jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Une quinzaine d’ouvrières  y brodaient des uniformes de parade, des habits de préfet, d’ambassadeur ou d’académicien.

Renaissance d’une filière

©patricia-mariniLes années 80 signent  le déclin de la broderie : la section est désertée. C’est Marie-Hélène César, arrivée en 1993 pour prendre la direction de ce qui est devenu entre-temps le lycée d’enseignement professionnel Jamain, qui la sauvera. Elle crée un brevet des métiers d’art de la broderie (BMA), qui recrute chaque année 12 élèves après examen de près de 35 dossiers, puis en 2010, un diplôme des métiers d’art textile et céramique, spécialité broderie (DMA). Les salles de cours se remplissent à nouveau avec des jeunes venus de partout en France : Jamain est en effet le seul établissement à proposer cette spécialité qui ouvre les portes de la haute couture ou des métiers du spectacle. « La formation continue d’évoluer puisqu’à partir de la rentrée 2019, le DMA sera remplacé par un Diplôme national métiers d’art et design, niveau bac+ 3 (DN MADE) avec la même spécialité », expose Nadine Chignaguet, directrice déléguée aux formations. Une filière qui laisse une forte place à la créativité des élèves, incités à s’emparer de cette technique traditionnelle pour la détourner et la déstructurer. Leurs travaux sont régulièrement montrés dans les musées de la région, comme actuellement au musée de la Marine, dans le cadre de l’exposition « L’habit (re) fait l’histoire ». Un moyen d’ouvrir la formation à des univers inspirés par l’art contemporain, souligne la directrice.

De l’or dans les mains

©patricia-mariniSylvie Deschamps a été l’une de ces élèves. Elle obtient son CAP de broderie or à Jamain en 1989 et part à Lyon pour sa première expérience professionnelle, dans l’atelier de broderie et de passementerie Bouvard et Duviard, où elle restera six ans. De retour à Rochefort, elle devient en 1995 la toute jeune directrice de l’atelier du Bégonia d’or, ouvert sous l’impulsion de Marie-Hélène Caesar, la sauveteuse de la section spécialisée du lycée professionnel, qui avait besoin d’un lieu de stage pour ses élèves. Très vite, l’atelier est rythmé par les commandes des grandes maisons de luxe, comme Chanel, Lacroix, Valentino ou Dior pour leurs défilés annuels de haute couture et de prêt-à-porter. C’est encore Marie-Hélène César qui incite la brodeuse hors pair à faire acte de candidature au titre de Maître d’art. Un titre destiné aux  professionnels, détenant un savoir-faire remarquable et rare, capables de le faire évoluer et de le transmettre à un élève, au sein de leur atelier. À 39 ans, Sylvie Deschamps  qui semble capable de relever n’importe quel défi,  —elle avoue aimer la complexité—, se voit alors sollicitée par de grandes marques de joaillerie et de bijouterie pour des réalisations uniques. Pour Piaget, elle brode au fil d’or véritable des fonds de montre, ce qui nécessite de s’adapter à la matière, mais aussi d’imaginer des outils spécifiques pour cet art miniaturisé. Elle collabore également avec des designers et artistes contemporains : l’atelier a ainsi confectionné les « Pluies d’or », qui font partie de la scénographie imaginée par l’artiste Jean-Michel Othoniel pour le Trésor de la cathédrale d’Angoulême. Elle n’oublie pas pour autant la vocation première du Bégonia d’or et continue d’y accueillir chaque année deux stagiaires, pour une immersion dans un univers où excellence rime avec patience.

 

Le Bégonia d’or propose des ateliers et des stages de broderie pour amateurs ouverts à tous publics animés par Thierry Tarade. On peut aussi le visiter sur rendez-vous du lundi au vendredi (7 € par personne).10 rue du Dr Peltier 17300 Rochefort. Tél. 05 46 87 59 36.

Musée de la Marine : L’habit (re)fait l’histoire. Cette exposition démontre que  l’habit est un moyen de raconter le passé, en posant la question du vrai, du faux et du détournement. Jusqu’au 6 novembre 2018. 1, place de la Galissonnière, 17300 Rochefort; Tél. : 05 46 99 86 57

Share Button
Suivez-moi suivez-moi