Légers comme des plumes

paru dans Esprit d'ici n°24 janvier-février 2016

Grâce aux édredons de la manufacture Alphonse Castex, l’une des dernières à les confectionner manuellement, on est assuré de passer l’hiver au chaud.
 
Pour résister à la fraîcheur hivernale, rien de mieux que de se pelotonner sous un gros édredon bien douillet ! C’est à la manufacture Alphonse Castex, à Dax, qui entretient son savoir-faire depuis 1870, que l’on doit de pouvoir encore profiter de la chaude douceur du duvet de canard.
Après avoir démarré son activité en récupérant chiffons, peaux de lapin, soies de porc pour les pinceaux, et laine pour les matelas, Guillaume Castex, l’arrière grand-père de l’actuel dirigeant, se spécialise dans les plumes et le duvet de canard. Ce palmipède ne manque pas dans la région et, comme chacun sait, dans le canard tout est bon ! Son fils Alphonse donne son nom à la manufacture, où l’on confectionne alors oreillers, traversins et bien sûr, ces édredons dodus recouvrant les lits de nos grands-mères. L’entreprise doit néanmoins faire face aux fluctuations du marché et aux aléas de la demande. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la priorité va à l’habillement : les employés se remettent alors à collecter les chiffons. Dans les années 1960, le duvet doit laisser la place à la fibre synthétique, plus moderne. La famille Castex suit le mouvement. Il faudra attendre 1980 et l’arrivée sur nos lits des couettes importées des pays scandinaves, pour que l’entreprise puisse à nouveau faire valoir ses talents. Hélène Castex, aidée de son fils qui l’a rejointe en 1986, investit à grande échelle dans le traitement de la plume et développe l’activité à destination de l’hôtellerie. Nouveau virage vers 2010. Vincent Boureterre, dorénavant aux commandes, choisit de vendre exclusivement sur Internet les produits finis haut de gamme: couettes, édredons, surmatelas, oreillers en duvet réalisés dans les ateliers dacquois.
 
Une fabrication sur mesure
Si une nouvelle ère démarre pour Castex, on continue néanmoins d’y confectionner à la main les édredons, gonflants ou piqués, qui ont fait sa réputation. C’est notamment le travail de Monique, couturière depuis vingt cinq ans dans l’entreprise. Elle commence par tailler sur mesure le tissu en percale, or, blanc, ivoire, ciel ou rose poudré, traité anti-duvet. Car pas la moindre plume ne doit s’en échapper. Une fois ses côtés fermés avec une élégante cordelière, la housse est alors garnie à l’aide d’une machine qui pèse la quantité nécessaire de duvet pour la densité requise. La couturière procède ensuite au piquage en carré ou en losange, selon le choix du client. La machine à coudre qu’elle utilise, avec son grand bras de 3 mètres de long, ressemble fortement à la trompe d’un éléphant… Et comme l’espèce en voie de disparition, il faut la ménager ! Ce matériel, qui a vu le jour il y a une cinquantaine d’années, fait en effet partie du patrimoine de l’entreprise au même titre que son savoir-faire. Aujourd’hui, la confection d’édredons est devenue marginale face aux autres activités de Castex, notamment le tri et le prélavage des plumes destinées à l’exportation. Il n’empêche, avec son petit côté vintage, l’édredon pourrait bien reprendre du poil de la bête !
 
Manufacture Alphonse Castex. 12, rue de la Tannerie, 40101 Dax.
Tél. : 05 58 56 75 75.
 

Idée récup’
Ne jetez pas votre vieil édredon, surtout si vous y êtes particulièrement attaché, puisqu’il est possible de lui redonner un coup de jeune ! Garnissez-le avec du duvet neuf ou changez juste sa housse s’il est en bon état. Et profitez-en, si nécessaire, pour y vaporiser une brume de traitement antiacariens.

 

Share Button
Suivez-moi suivez-moi