Fabrice Idiart, chef virtuose du restaurant du prestigieux hôtel La Réserve,Saint-Jean-de-Luz

Elle Aquitaine N°3627 du 3 juillet

Fan de surf et de batterie, ce jeune chef décoiffe avec talent les meilleures recettes basques
Né à Bayonne dans une famille d’éleveurs et d’agriculteurs, Fabrice Idiart a été « biberonné »aux produits du terroir. De son enfance dans les fermes du Pays basque, il garde le goût des recettes gourmandes et des généreuses tablées familiales. Adolescent, il s’évade sur son skate et cultive son imagination en dessinant ou en jouant de la batterie. Mais il se désintéresse de ses études de dessin industriel. C’est en cuisine qu’il trouvera son mode d’expression. Chez le chef André Gahuzère, Fabrice Idiart fait ses armes et se familiarise avec la gastronomie du Sud-Ouest. Son parcours l’amène ensuite chez Patrice Demangel, un adepte de la cuisine bien-être qui officie au Miramar à Biarritz, puis chez Michel Sarran, dont les multiples influences lui ont permis de décrocher deux étoiles au Michelin. Poussé par ce dernier qui croit en ce jeune talent, Fabrice devient à tout juste 25 ans le chef de l’Ilura, le restaurant du prestigieux hôtel La Réserve à Saint-Jean-de-Luz. Fabrice fait alors deux rencontres décisives : avec les propriétaires d’abord, la famille Chevanne, puis avec ce spot qui, depuis la falaise Sainte-Barbe, lui offre chaque jour une vue unique sur la baie. Le jeune chef s’y installe et donne libre cours à sa fantaisie. Il y mitonne les produits locaux et s’affranchit des codes « si le terroir m’inspire, je ne m’interdis rien et suis ouvert aux influences ». Son parcours singulier le laisse, à 32 ans, ardemment épris de liberté, il goûte avec toujours autant d’appétit les moments passés en famille autour d’un bon repas, même si ce n’est pas lui qui officie aux fourneaux.

Ses envies d’été
« Aux beaux jours, je m’échappe sur la plage d’Erromardi tout près de La Réserve. C’est un endroit idéal pour surfer ou se détendre en famille. J’aime aussi me rendre au marché de Saint-Jean-de-Luz : c’est vivant, on y rencontre de bons producteurs. Je prends un café à la Buvette des Halles en lisant le journal. Pour écouter de la musique, mon lieu préféré, c’est le Bibam, un bar de plein air avec vue sur l’océan, surtout quand Baptiste Daleman y donne un concert. »

Share Button
Suivez-moi suivez-moi