Tous les chats ne sont pas gris

Chronique du quotidien estival d'une journaliste indépendante

« Deux petits gardiens veillent désormais sur le grand palace parisien, référence de l’art de vivre à la française. Le Bristol Paris compte depuis le 31 juillet une nouvelle résidente, une ravissante chatte sacrée de Birmanie baptisée Kléopatre. 

« Tendre et câline, joueuse et délicate, Kléopatre a tout de suite su se faire
adopter par le pacha du palace. Elle est aujourd’hui la compagne idéale
de celui qui, jusqu’alors, symbolisait l’unique âme féline du Bristol.
Fa-raon a accueilli en véritable gentleman la nouvelle venue au sein de son
élégante demeure. Il lui a fait arpenter les couloirs de l’hôtel, découvrir
les somptueux salons, déambuler dans les jardins à la française et partager
avec elle son coin favori : le comptoir de la conciergerie ! »

Quand j’ai reçu ce communiqué de presse, accompagnée de photos,  il m’a semblé essentiel de le partager avec vous, surtout par les temps qui courent. Il est vrai que je n’ai pas tout de suite compris de quoi il retournait et je ne suis toujours pas sûre d’avoir compris : le Bristol ouvre un salon de toilettage pour les chats ? Quelqu’un vend des chatons ? Un nouveau lobby lutte pour le bien-être des chats de luxe ? Je me suis également longtemps interrogée pour savoir s’il s’agissait ou non de second degré.

Le Bristol Paris - Kleopatre Hd (2)©Le Bristol Paris

Quoi qu’il en soit, je suis sûre que vous mourez d’envie d’en savoir plus sur les cadeaux que les deux minous ont reçu des plus grandes marques de luxe françaises. Et qu’en est-il de leurs conditions de vie, me demanderez-vous ? Soyez rassurés : ils disposent de leur propre appartement. Même le PDG de l’hôtel est conscient de l’importance de ses deux pensionnaires : « Tous deux veilleront désormais à la destinée exceptionnelle du premier palace parisien qu’est le Bristol« .

Un éminent spécialiste nous informe par ailleurs que :

« • Le chat est propre et il sent bon (il accorde plus de deux heures par jour à sa toilette).
• Le chat dispose d’un caractère infantile comparable à celui d’un bébé : comme lui, il recherche les caresses et le contact physique. Sa douceur est agréable.
• Le chat a une conversation : il ne miaule qu’en direction de l’Homme. Avoir un chat à la maison, c’est donc avoir quelqu’un à qui parler.
• Le chat ronronne et ce son, composé de basses, est synonyme de quiétude et de tranquillité. Le ronronnement est ainsi reconnu pour ses vertus rassurantes et apaisantes.
• Le chat est joueur. Le jeu est pour lui une activité spontanée synonyme de plaisir. Il suscite chez l’humain le plaisir de s’exprimer et de s’éprouver soi-même. »

Choses que n’importe quel propriétaire de chats sait déjà, mais c’est tellement joliment dit.

Quand, jusqu’à présent, je regardais mes chats de gouttière personnels, qui sont installés non pas sur le comptoir de la conciergerie, mais sur le canapé de mon bureau, je me disais déjà que cela vaudrait la peine de se réincarner en félins domestiques. Mais je suis maintenant convaincue que le Nirvana, c’est de se réincarner en chats du Bristol !

Le Bristol Paris - Kleopatre et Fa-Raon Hd (1)©Le Bristol Paris

Share Button
Suivez-moi suivez-moi