Dans sa ferme aux fleurs

Sud-ouest Le Mag - 26 octobre 2013 -

Dans l’Entre-deux-Mers, Josie Riffaud cultive de nombreuses variétés aptes au séchage. Une passion qui la tient depuis 25 ans.

« Ma grand-tante m’a transmis très tôt son amour et sa connaissance des fleurs. Et c’est devenu une passion », reconnaît Josie. Elle attend son deuxième enfant lorsqu’elle commence ses premiers plants. Et choisit alors la fleur séchée pour donner libre cours à sa créativité. Ses bouquets à base de bleuets, d’amarantes, d’echinops et autres immortelles séduisent de nombreux clients sur les marchés de la région.
Son attachement à ses plantations est si viscéral que, lorsque la demande commence à faiblir à la fin des années 1990, l’horticultrice fait le choix de se diversifier. Contrairement à bon nombre de confrères, elle se refuse à détruire son demi-hectare de cultures, soigneusement sélectionnées et entretenues. Elle se met à vendre des fleurs fraîches, à préparer des soins de beauté à partir de macérats et fait même distiller sa lavande pour obtenir de l’huile d’essentielle.

Apprendre en s’amusant

Les instituteurs de la région la poussent aussi à demander le label « ferme pédagogique ». Germe alors dans sa tête l’idée de ses ateliers floraux. Un projet qu’elle met en œuvre quand elle reçoit, en 2000, l’agrément nécessaire pour recevoir des enfants.
En ce beau jour d’été, cette jeune grand-mère prépare le matériel — ciseaux, étiquettes, paniers, eau — dont auront besoin les enfants du centre de loisirs girondin du Taillan-Médoc. Au programme : cueillette dans les champs et réalisation d’un bouquet à sécher. Les chèvres qui gambadent sur le domaine et les quelques chevaux qui y vivent une retraite tranquille font la joie des bambins. Ils repartiront le soir, leur bouquet à la main, ravis de leur journée et de ce qu’ils ont appris. Pour Josie, recevoir des groupes est aussi un moyen de rappeler d’où viennent les fleurs et les aliments tout en insistant sur le lien entre alimentation et agriculture. Elle aimerait pouvoir, dès l’été prochain, transformer son magasin de vente à la ferme en gîte. Dans l’idée de proposer des séjours thématiques pour adultes et enfants autour de la fleur et des produits de la ferme. Un moyen de reconnecter ses visiteurs avec le monde paysan.

Share Button
Suivez-moi suivez-moi