Chasseur d’œuvres d’art urbain

publié dans Le Mag de Sud-Ouest du 28 février 2015

Chasseur d’œuvres d’art urbain
Partout dans Bordeaux, portes et murs sont devenus des supports d’œuvres éphémères d’artistes locaux et internationaux. Pistez leurs traces avec l’association Pôle Magnetic.
Des oiseaux en papier découpé collés sur des portes, un poing levé dans un passage, un buste de femme à la place d’une fenêtre murée, un poète endormi sur une vitrine, ou encore un diamant en verre taillé… Quelques-unes des traces laissées par des artistes ayant en commun de réaliser leurs œuvres dans la rue ou dans des endroits publics avec des techniques aussi variées que le graffiti, le pochoir, les stickers ou le bombage. Un art, qui s’expose gratuitement et auquel tout le monde a accès. Des œuvres « sauvages » apparaissant au petit matin et peuvant disparaître tout aussi rapidement, au gré des nettoyages.

Musée à ciel ouvert
Avec sa toute jeune association Pôle Magnetic, Pierre Lecaroz est le gardien de ce musée à ciel ouvert. Il organise des balades gratuites à vélo pour pister ces œuvres et les photographier afin d’en garder la trace. En cette belle après-midi, nous voilà partis dans son sillage pour deux à trois heures de safari urbain. Avec comme point de départ l’œuvre emblématique de l’association : le portrait, sur 15 mètres de haut et 6 mètres de large, d’une fillette tenant un globe dans ses mains. Une fresque réalisée sur le mur du CHU en octobre 2013 par Jef Aerosol, le maître du pochoir, en collaboration avec des artistes locaux, pour le compte de la fondation de lutte contre le cancer Keep a breast.
Direction ensuite place Gambetta où, sous une boîte aux lettres, est récemment apparu un petit facteur qui ramasse les lettres tombées. Un pochoir signé d’un certain AMO, qui s’appuie sur le contexte urbain. « Il a laissé d’autres traces dans le quartier mais je n’ai pas réussi à l’identifier », regrette le spécialiste. À force de s’intéresser à leur travail, l’ancien DJ, devenu chauffeur routier connaît pourtant bien le milieu. Il ne cesse d’arpenter les rues pour enrichir son album de photos.
Artistes bordelais
Nous nous approchons progressivement de Saint-Michel, pour y découvrir les œuvres des Bordelais Rouge, une diplômée de l’école des beaux-arts , Alber, graphiste de métier, ou du collectif Monkey Bird, dont la côte parisienne ne cesse de monter. Des artistes invités par l’Institut culturel Bernard Magrez à intervenir in situ dans le cadre de l’exposition Expressions urbaines, prolongée jusqu’au 3 mai.
Le Monkey Bird a également investi, en février, le MUR de l’école élémentaire Stendhal, place Avisseau, projet à la fois pédagogique et artistique. La réalisation chaque mois d’une nouvelle fresque donne lieu à une rencontre avec les artistes, au cours d’un vernissage ouvert à tous. Encore une initiative qui vise à donner à l’art urbain toute la place qu’il mérite dans la ville.

 

Pratique

Expressions urbaines Street art, graffiti & lowbrow.
à l’Institut culturel Bernard Magrez
16 rue de Tivoli – 33000 Bordeaux
Tél. : +33 (0)5 56 81 72 77
www.institut-bernard-magrez.com
Prolongation jusqu’au 3 mai 2015
Le M.U.R : modulable, urbain, réactif.
Place Paul-et-Jean-Paul Avisseau – 33300 Bordeaux
www.facebook.com/
lemurdebordeaux
Street Art Tour de Pôle magnetic
La prochaine flânerie culturelle gratuite sur le thème de l’Art urbain est programmée le dimanche 08 Mars à 14h00. Inscriptions : polemagnetic@live.fr ou par message privé sur la page facebook Street Art Bordeaux. Rendez-vous avec votre vélo et votre appareil photo.

 

Mais encore : Bordeaux et Vous propose également des balades thématiques sur ce thème. www.bordeaux-et-vous.com

Share Button
Suivez-moi suivez-moi